travail_dimanche

A Toulouse, comme ailleurs, non au travail du dimanche !

Non.
Non, et encore non au travail dominical.

Non pas parce que ce serait le dimanche papal. Le Ministre de l’économie a scandaleusement évoqué des ajustements dans les « régions catholiques », mépris violent de la laïcité : qu’est-ce qu’une région catholique, ou athée, ou néo païenne, ou panthéiste, en République ? Rien. Ou alors nous ne sommes plus constitué-es en Nation laïque mais en conglomérats de communautés croyantes.
Non au travail dominical parce que la gauche que nous appelons de nos voeux ne peut être pour le travail dominical.

Notre adversaire, l’ogre consumériste

La gauche selon Casa Nova c’est l’anti consumérisme. Ce modèle qui nous mène aux désastres, sur consommant la planète jusqu’à l’épuisement rapide. Le consumérisme c’est l’enfermement hypnotique dans l’obsession matérielle, le consommer pour exister, l’égoïsme frustré, la passivité citoyenne. Bref c’est l’adversaire culturel de la gauche et de son projet d’un monde solidaire et démocratique jusqu’au bout.

Continue la lecture

dessine-moi_ville

Le cours Dillon, rencontre dommageable entre le patrimoine et le dioxyde de carbone

Comprendre et s’approprier les espaces urbains Toulousains

Toulouse,comme toute ville millénaire,est constituée d’un tissu urbain marqué par des interventions et des aménagements successifs qui laissent traces , marques , cicatrices, blessures ou plaies urbaines en fonction de leur nature et de leur ancienneté .

Ces juxtapositions ou ces empilements cicatriciels participent à la constitution de la ville entre espaces publics et lieux privés .

Même si ces traces sont visibles, elles n’en sont pas pour autant compréhensibles au premier coup d’œil tant elles sont le résultat de tractations, de décisions et de mises en œuvre souvent complexes  rarement connues et jamais réellement partagées .

Nous traversons tous les jours des espaces ou des bâtiments publics : généralement sans les voir vraiment, mais en les subissant et en les critiquant,bien rarement en les comprenant.

Casa Nova publie une série qui présente des lieux et des espaces publics fréquentés de Toulouse, en expliquant :

  • ce qu’ils étaient
  • quel est leur rôle dans la ville ,
  • pourquoi ils sont ainsi aujourd’hui,
  • comment ils auraient pu être
  • ce qu’ils peuvent devenir.

Décoder pour aider à la compréhension …  dépasser le viscéral et l’émotionnel de nos  comportements .

Partager du raisonnement et de l’intelligence collective pour mieux faire face aux crispations que génèrent les aménagements urbains qui jalonnent notre quotidien.

Ainsi posons nous des bases de la co-conception des espaces publics à venir, par l’analyse raisonnée de réalisations récentes .

Aujourd’hui nous ouvrons la série :

Le cours Dillon, rencontre dommageable entre le patrimoine et le dioxyde de carbone .

Continue la lecture

Ne souriez pas, vous êtes filmé-es !

Ne souriez pas, vous êtes filmé-es !

Pour enchanter notre Noël, la mairie de Toulouse accomplit une promesse de campagne de Monsieur Moudenc, et annonce l’achat de 350 caméras de vidéosurveillance et leur installation progressive sur la voie publique.
Afin de finir de convaincre, les nouveaux occupants du Capitole ont préparé le terrain: ces dernières semaines ils ont encore effectué la tournée des comités de quartiers en ressassant la nécessité d’augmenter les élixirs miraculeux de la sécurité en mode gadget: « non, on ne va pas critiquer nos prédécesseurs, mais quand même vous savez, la gauche, ils ne se préoccupent pas de sécurité, ils sont laxistes », pouf pouf.

En grandes pompes, le maire a annoncé en conseil municipal que nous allions « monter en puissance » et l’élu zemmourien Olivier Arsac déclare dans La Dépêche qu’il faut « rattraper notre retard » en matière de caméras, et de comparer avec les autres villes francaises : Toulouse compte 0,47 caméra pour 10 000 habitants, contre 5 pour Lyon, et 6 pour Montpellier.

Pour notre part, nous contestons cette politique. Non seulement parce qu’elle est est coûteuse, et manifestement inefficace mais aussi parce qu’elle est une menace culturelle pour la notion de liberté publique. Continue la lecture

Sport et spectacle sportif, confusion entretenue

Récemment un reportage du JT présentait une manifestation d’aïkido organisée à Toulouse autour de l’enseignement du maître Alain Peyrache. Celui-ci présentait sa discipline d’avantage comme une introspection que comme un sport, les gestes et les techniques défensives de l’aïkido étant, selon lui, aussi un moyen d’atteindre une élévation de l’esprit, et non une fin qui viserait seulement à terrasser un adversaire : « C’est un art oriental, quand vous l’occidentalisez, vous le polluez… » professait-il .

Cette approche « zen » contrastait sensiblement avec les paroles d’accueil de Laurence Arribagé qui officiait pour la municipalité en sa qualité d’adjointe aux sports : « on va faire rayonner Toulouse par le sport » déclarait-elle !
Pourquoi pas ?
Et nous nous prenons à imaginer que Toulouse va ouvrir les équipements sportifs de la ville (gymnases, piscines, stades, salles polyvalentes) de 7h à 23h et tous les jours… ou bien multiplier les parcours santé, améliorer les continuités piétonnes et cyclables, créer des aires de jeux dans les quartiers, améliorer les subventions aux clubs et associations bénévoles…
Et bien non, rien de tout ça !

Continue la lecture

Pendule Crédit P. Mestre

35 heures : le temps libre et le droit à la ville

Les lubies de ce gouvernement ne dérogent pas des précédents. Sous l’apparence d’une alternance de camp politique, l’orientation économique, sociale et politique reste inchangée. Inchangée ? S’il fallait être honnête – vous l’aurez compris, c’est plutôt notre genre – nous dirions même qu’elle accélère. « Séparation du MEDEF et de l’Etat ! » : le slogan des intermittent-e-s est devenu d’un triste réalisme. C’est le coup d’état permanent d’une poignée sur le grand nombre, la fusion pernicieuse du programme de François Hollande, déjà pas « jojo », et de celui du glouton de l’accumulation de capital, qui asservit les être humains et saccage l’éco-système.

Continue la lecture

TGV Crédit Photo Jeremy Bouey

Ligne à Grande Vitesse : une année zéro s’impose

Le 8 décembre l’Enquête d’utilité publique sur la Ligne à Grande Vitesse (LGV) Bordeaux-Toulouse s’est clôturée. Cette nouvelle infrastructure est aussi farouchement défendue par l’actuel maire de Toulouse, Monsieur Jean-Luc Moudenc, qu’elle l’était par son prédécesseur Monsieur Pierre Cohen.
Casa Nova émet plusieurs réserves sur ce projet qui tend à devenir une Arlésienne, notamment en regardant avec attention les modalités de financement.

Nous sommes tous et toutes favorables à une diminution du temps de trajet entre Paris et Toulouse pour permettre de réduire la part de l’avion dans ce type de déplacement. De plus, il semble fondamental de procéder à des aménagements ferroviaires au Nord de Toulouse et dans la gare Matabiau pour faire face à l’augmentation du nombre de passagers dans les TER dans les années à venir, LGV ou non.
Pour autant, nous pouvons nous interroger sur le choix entre une nouvelle infrastructure (la LGV) et une rénovation de la ligne TGV existante couplée à une rénovation de la ligne POLT (Paris-Orléans-Limoges-Toulouse). Pourquoi des interrogations ?
Continue la lecture

Screen Shot 2014-12-17 at 12.30.27

Parkings des Anges (rien ne les dérange)

Monsieur Sans-Gêne est de retour. En la personne de Pierre Trautmann, maire adjoint en charge des marchés publics, et ancien grand chambellan des gestions de droite toulousaines. Voici qu’il joue les pourfendeurs du grand capital, dans le cas présent le groupe Vinci, contre lequel il aurait mené un combat de haute lutte sur la tarification des parkings. Il a, en effet, « confié » avec un certain cynisme à un journaliste de La Dépêche que «la négociation a été rude mais très correcte».  C’est le fameux tour de magie P.P.P., le passe-passe parkingsContinue la lecture

lesgourgues

Cachez ce saint que je ne saurais voir… la laïcité Toulousaine sur le divan

Il y a une semaine, Casa Nova s’interrogeait sur la conception de la laïcité de Monsieur Moudenc et de sa nouvelle équipe municipale dans un article s’intitulant Le conseil de la laïcité n’est plus en odeur de sainteté.
A croire que notre article aura créé des remous au sein de cette nouvelle majorité.
En effet, deux évènements successifs nous interrogent et nous inquiètent par leur manque de cohérence entre eux notamment. Continue la lecture