Dette publique, dette privée... l’État comme les ménages vivent sous la coupe de leur créanciers. Une fatalité?

Et si on parlait dette… sociale?

+ 4,6 % : c’est de taux de progression du nombre de dossiers de surendettement en Haute-Garonne l’année écoulée. Presque 4000 ménages concernés cette année.

Qui aura lu le livre essentiel de Thomas Piketty, « le capital au XXIe siècle », aura noté que si l’Etat est endetté, cette dette est largement couverte par l’épargne privée, au sein d’un patrimoine privé qui s’est lourdement accumulé. Ce qui fait dire à monsieur Piketty que l’on a transformé, en particulier depuis 2008 (mais c’était commencé depuis longtemps par les pertes de recettes fiscales), les dettes privées en déficit public. Ce transfert plaçant l’Etat, encore plus qu’auparavant, sous la coupe des créanciers qu’il a lui-même sauvés. La rente se comporte comme un sauvé de la noyade qui dérobe les biens de son sauveur.

Continue la lecture

projet trasports

CASA NOVA propose un « projet Manhattan » toulousain autour de la mobilité

En annonçant une troisième ligne de métro à l’horizon de dix ans, stratégie dans laquelle il s’est enfermé tout seul en flattant l’automobiliste forcené, le maire de Toulouse et Président de la Métropole a stérilisé pour longtemps la moindre avancée dans le domaine du transport en commun, et plus largement du report modal. La seule exception notable est l’aérotram. Pour le reste, c’est l’abandon pur et simple.

Notre agglomération reçoit 15.000 habitant-es de plus par an. Déjà engorgée, elle ne peut pas se permettre le luxe d’attendre dix ans, sans certitude d’atteindre ce cap, et en risquant d’importants soucis de financement, puisque les aides de l’Etat étaient conditionnées à des projets qui seraient abandonnés ou reportés.

Casa nova affirme qu’il est possible et souhaitable d’agir tout de suite pour améliorer notre réseau. Ceci signifie de lever de nouvelles recettes, et d’accepter de réduire la part de l’automobile dans les déplacements, ce qui sera inéluctable et anticipe la fin programmée des énergies fossiles. Mais cela demande du courage politique. On ne gère pas une métropole comme l’on gère un chef-lieu de diocèse .

Continue la lecture

Les porcs sont au micro

Les porcs ne sont pas dans l’assiette mais au micro

La course à la brutalité aveugle est trépidante en vue des départementales. Un Maire UMP retire les plats de substitution dans les cantines, s’en prenant à des enfants, dans leur besoin premier : se nourrir correctement, sans que cela ne suscite grande émotion. Signe d’une civilisation à bout de souffle si l’on considère que la décadence culturelle se mesure on ne peut mieux à l’aune du sort réservé aux tous petits. Monsieur Wauquiez, misérable sur-diplômé inapte à l’empathie, tellement méprisant à l’égard du peuple qu’il le réduit à la haine de l’Autre (il compara le RSA à un cancer d’assistés), soutient son confrère au nom de la laïcité. On s’étouffe en entendant cela, d’autant plus que le propos conclut sur la solution… de l’école confessionnelle comme recours pour ceux qui ne mangent pas de  porc !

Si seulement monsieur Wauquiez pouvait être le seul responsable de premier plan de l’UMP à s’exprimer dans ce sens, on pourrait plaider l’égarement passager. Mais monsieur Wauquiez n’est pas seul. Il a été précédé par Nicolas Sarkozy. Ce ne sont plus des dérapages isolés, c’est la position des responsables de premier plan d’un parti qui peut demain gouverner à nouveau la France.

Depuis des décennies, on sert des plats de substitution dans les lieux accueillant des enfants. Ça n’a jamais posé le moindre souci, et personne n’y prêtait attention. C’est pure construction politicienne que de sortir cet « enjeu » du chapeau. Même l’extrême droite déclarée n’en avait pas fait un sujet de polémique. Elle avait oublié cela en route. L’UMP lui tire le tapis brun.

Continue la lecture

Amenagement centre ville3

Aménagement du centre-ville, la « débusquetisation » de Toulouse est commencée

La mission d’aménagement du centre de Toulouse, confiée par Pierre Cohen à Joan Busquets, a été reconduite par son successeur, jusqu’en 2020. Dont acte.
Et si cette annonce rassurante n’était qu’une manœuvre  pour en finir avec les concepts de centre ville apaisé et d’espace partagé… quoi de plus habile en effet que de demander à un bâtisseur d’affadir sa propre œuvre ?

Continue la lecture

Orientation Budgetaire2

La stratégie du choc débarque à Toulouse

Nous y sommes. Les orientations budgétaires du capitole pour 2015 font entrer notre ville, qui l’avait évité jusqu’à ce jour, dans le grand paysage européen soumis à la stratégie du choc si bien dépeinte par Naomi Klein.

Pour ne pas risquer de fâcher une partie de l’électorat, la droite toulousaine a repoussé à après les élections départementales le vote du budget de la Ville. Pour autant, elle est bien obligée de livrer au débat quelques unes de ses orientations. A défaut donc de chiffrer dans le détail recettes et dépenses, Jean-Luc Moudenc et son adjoint aux finances Sacha Briand se sont livrés lors du dernier conseil municipal à un exercice de préparation d’artillerie. Et ils ont choisi de faire simple, avec un seul axe : cacher des choix politiques derrière des fautes imputées à d’autres, à savoir la baisse des dotations de l’État et la gestion de l’équipe sortante.

CASA NOVA a lu pour vous le « Rapport d’Orientation Budgétaire » de la majorité municipale.

Continue la lecture

st cyprien toulouse rive gauche2

Toulouse rive gauche

La reconquête de Toulouse viendra de la rive gauche de la Garonne… Peut-être…
En replongeant dans le temps long, en prenant du recul par rapport au vernis de l’actualité immédiate, on constate que dans notre ville, la rive gauche en général et le quartier Saint-Cyprien en particulier ont toujours été des lieux d’invention de nouvelles formes de solidarités. Pour Casa Nova, un détour par l’histoire de ce quartier est nécessaire pour mieux appréhender l’actualité et permettre à la gauche toute entière de se rassembler pour l’avenir de Toulouse.

Continue la lecture

organisation du travail

Pas de révolution du politique sans révolution de l’administratif

Dans ses 20 propositions pour les élections départementales Casa Nova évoque une nouvelle organisation de l’administration, la machine administrative du Département ayant été soumise à un régime ultra vertical, disciplinaire, asséchant, déresponsabilisant. La préoccupation centrale devenant de se protéger… au détriment de la créativité nécessaire pour défendre la population.

Continue la lecture

terraingV2

Pour en finir avec le « terrainggg » – Cours de novlangue (formation continue)

Sur un tract électoral (ceci peut être vérifié aisément en ces temps de Départementales) il y a désormais une Mention presque Légale : dire qu’on est sur le « terrain » (terrainggg à Toulouse), et promettre qu’on sera un-e élu-e de « proximité ». Le présent texte se propose de couper le cou à ces « je vous salue Marie » laïques.  A quoi reconnait-on la novlangue, cette parole en ruine qui vide de sens la démocratie ? En particulier au fait qu’elle n’est pas, par essence, à contredire. Elle ne peut pas, sauf à entrer dans la catégorie rangée dans le pathologique, être contestée. Elle est un discours hypnotique, qui n’appelle aucune réponse. Nous en avons ici un bel exemple avec le « terrain », et « la proximité ».

Ainsi, qui pourrait rétorquer à notre candidat-e : « je ne suis pas d’accord, pour ma part je promets d’être un-e élu-e lointain-e » ? Personne. Et c’est pourquoi quand vous lisez ces affirmations proxi-miteuses dans les professions de « foi » (bien nommées en l’occurrence), vous sentez bien que l’on se moque de vous. Ne craigniez rien : celles et ceux qui les rédigent savent aussi qu’ils récitent un bréviaire galvaudé, mais c’est devenu comme le lancer de riz au mariage : on ne sait plus vraiment pourquoi ça se fait. Mais en tout cas, ça se fait. Faute de mieux.

Continue la lecture

Marchandisation petite enfance

Les entreprises de crèches, à l’affut de la marchandisation de l’éducation toulousaine

Dans notre réaction aux attentats djihadistes, nous avons insisté sur le caractère radical de la petite enfance pour rassembler, dès le plus jeune âge, et entrainer les familles dans une démarche laïque, qui imprègnera leur propre travail éducatif. Mais voilà… Encore faudrait-il se doter d’outils de services publics audacieux tournés vers ces objectifs. Ce qui signifie d’abord de résister à la marchandisation du social et de l’éducatif. Et dans le cas de la petite enfance aux entreprises de crèches, ces investisseurs à but lucratif qui tentent de se substituer aux solutions publiques et loi 1901.

Continue la lecture