Groupe Identité socio casa nova 2

Bon mais alors, « ils » vont la dévoiler quand, leur identité ?

Nous n’avons que deux mois mais vous en savez déjà beaucoup sur nous. Vous avez pu lire le premier entretien que nous avons accepté de donner hier, au Journal Toulousain.

Et cependant, les messages continuent d’affluer, pour nous demander encore et toujours QUI nous sommes.

Nous allons le dire, bientôt, dans quelques semaines…

En attendant, voici un billet, nous l’espérons le dernier avant un moment sur ce sujet redondant, qui présente nos divers gènes politiques.

Bien entendu, tous ces gènes composent un ADN. Nous avons ainsi déjà dit ce qu’était notre « socle idéologique » : d’abord et avant tout, l’égalité des conditions, le combat premier à gauche ; la démocratie et la mobilisation populaire aussi, meilleure méthode pour atteindre la précédente ; la nécessaire transition énergétique enfin, fruit de notre mutation idéologique, allant de pair avec les avancées de la connaissance scientifique.

Il n’est donc pas utile de revenir plus longuement sur tout cela ; nous avons produit un texte, que nous avons ambitieusement désigné comme étant notre texte fondateur. Nous cherchons le « commun » de la gauche, ce qui fait sens pour quiconque se réclame de cette famille idéologique. La clé de la porte d’entrée de la maison de la gauche, en somme. Casa Nova, une nouvelle maison, à l’architecture nouvelle, aux fondations renforcées, aux nombreuses ouvertures, à la toiture solide nous protégeant des gardiens de l’ancienne tradition : celle des bunkers et des jardins clôturés ; celle des régisseurs jaloux de leur patrimoine. Celle que plus personne ne veut voir à l’œuvre.

Alors qui sont, dans leur parcours « militant », celles et ceux qui veulent construire et échafauder du neuf ?

Nous avons dit que nous étions antilibéraux, écologistes, partisans d’une démocratie collaborative, voire directe. Nous avons lancé des pistes de réflexion sur la triste victoire de la droite dans notre métropole.

Autour de ces piliers, qui s’est retrouvé pour travailler ?

Une quinzaine de contributeurs et contributrices, tous de gauche, évidemment, tous écologistes. Tous opposés aux politiques d’austérité qui sont appliquées aujourd’hui en Europe et en France, inutiles et injustes, qui mettent les peuples à genoux pour des dettes consenties qui ne seront jamais remboursées.

Certain-es d’entre nous sont étudiant-es, d’autres chef-fes d’entreprise. Il y aussi des fonctionnaires et des salarié-es du privé.

Nous sommes des précaires et des aisés, des « moyens plus » et des « moyens moins ».

Environ un tiers d’entre nous n’est membre d’aucun parti politique. Certaines personnes l’ont été dans le passé.

Parmi les adhérent-es d’organisations politiques, certain-es sont sympathisant-es ou militant-es d’Europe-Ecologie les Verts, d’autres proches ou militant-es du Front de gauche, certain-es se sentent très Nouvelle-Donne, d’autres enfin militent au sein de ce que l’on appelle « l’aile gauche » du Parti socialiste.

Nous avons donc voté, lors des dernières élections soit pour le Front de gauche, soit pour EELV, soit pour le PS ou encore pour Nouvelle Donne.

Lors des élections municipales, certain-es d’entre nous étaient présent-es sur des listes différentes, dans des communes différentes, et étaient même parfois « adversaires ». Mais aucun-e ne regrette son choix d’alors. C’est autre chose que nous faisons là, avec Casa Nova. Nous nous concentrons sur l’essentiel, sur le commun.

Nous n’avons pas créé un nouveau parti politique, et à l’avenir, nous continuerons à ne pas nécessairement voter pour les mêmes candidats ou listes. Nous restons libres, individuellement, de nos prises de position futures. Nous ne voulons pas être jugé-es sur nos appartenances respectives, mais sur nos productions.

Nous nous sommes regroupé-es dans ce collectif pour constituer une opposition solide à la droite réactionnaire de la métropole toulousaine, pour produire de la contre-culture, pour préparer le fond des dossiers, pour contribuer à la reconquête de la Métropole en 2020.

Cela va être compliqué. Cela l’est déjà. Il est compliqué de créer de nouvelles formes d’action. Celle-ci est originale, ambitieuse et, nous l’espérons, visionnaire. Nous devons sans cesse trouver ce qui fait sens pour nous tous, ce qui nous rassemble ; nous nous efforcerons tant que nous le pourrons de nous garder d’exclusives, de mises au pied du mur, de conditions intenables.

Mais tout le monde dit qu’il faut changer ! Et nous les premiers, sur nos « murs », dans nos organisations, dans nos réseaux personnels.

Notre démocratie représentative ne représente plus personne (ou quasiment) et nos partis politiques -malgré la sincérité et le courage de nombreux militant-es de gauche- peinent à parler le même langage que le peuple… Nous entendons partout autour de nous qu’ « il faut faire autrement », qu’il faut revoir tout le logiciel de l’action publique, refondre le rôle des élus, la place des citoyens, la démocratie dans l’entreprise et dans la cité

Alors, qu’attendons-nous ?

Nous, nous y allons ! Tâtonnant, certain-es de rien, doutant de tout, mais convaincu-es que le nouveau monde se fera en dehors des anciens schémas et sans leurs anciens gardiens.

Cassons les murets qui existent entre nous, et construisons-la, cette « Casa Nova » !

Vous pouvez continuer de nous écrire icimail

En attendant si vous êtes timides, nous pouvons commencer par devenir ami-es là…      logo-facebook