Fin de l’expérience Casa Nova Toulouse-Métropole

La fin de l’expérience Casa Nova Toulouse-Métropole

Après un peu plus de deux années d’existence, le collectif politique Casa Nova Toulouse-Métropole a décidé de mettre un terme à cette aventure qui fut enrichissante autant pour le débat politique local que pour les membres qui s’y sont investi-es avec sincérité.
À la fondation de Casa Nova (2014, année de la victoire de la droite aux élections municipales et la première place du FN aux européennes), nous nous étions fixés plusieurs objectifs qui devaient faire de ce collectif une « coopérative de production politique », c’est-à-dire l’inverse des boutiques qui dominent aujourd’hui la compétition électorale et la sélection du personnel politique.

Ces objectifs étaient, en résumé, les suivants:

(pour ceux qui veulent relire notre acte fondateur, c’est ici: http://bit.ly/20Tz9E1) :

- travailler avec sérieux sur l’analyse des politiques menées par l’équipe de Jean-Luc Moudenc sur la ville et à la métropole;
- travailler avec des méthodes différentes de celles des partis politiques : collaboration,horizontalité et coproduction, égalité des membres et pratiques démocratiques;
- travailler en totale indépendance des organisations politiques dans l’objectif de constituer l’opposition réelle à la politique de la droite métropolitaine;
- constituer un espace de refondation de la gauche non libérale, écologiste et attachée à une démocratie collaborative : une « arche de Noé » des chercheurs de sens en politique;
- contribuer à gagner les élections locales de 2020.

Au vu de ces objectifs premiers, nous affirmons les satisfactions suivantes:

- plus de 130 textes produits et diffusés sur de nombreux thèmes différents;
- un site internet très visité et une visibilité médiatique importante, due à la qualité des contenus et aux méthodes de travail qui ont attiré les regards;
- des rencontres de personnes qui ne se seraient pas connues sans cette idée novatrice et ambitieuse, et nous espérons que des jalons aient été posés pour la suite;
- une résistance totale aux tentatives des organisations politiques et de leurs permanents et bureaucrates (tous : de la gauche dite radicale à la droite « moudenquienne ») de salir ou de dévaloriser Casa Nova et ses membres.Tentatives motivées par la peur de cet objet politique nouveau qui a connu un lancement très prometteur.

Mais nous constatons malheureusement obstacles et échecs réels:

- chez certain-es, les motivations étaient consuméristes et l’attitude passive, couplées à une certaine paresse : profiter d’un espace intellectuellement gratifiant sans travailler;
- chez certain-es, les motivations étaient carriéristes et calculatrices: il a été à la mode d’en être, avec des espoirs d’en tirer un avantage politique (les « dents longues », les professionnel-les des jeux d’appareils et trahisons de couloirs…);
- chez certain-es, la loyauté a manqué : abandon dans le « creux de la vague » de l’aventure et du collectif ;
- chez certain-es, une participation fondée sur un désenchantement lié à des engagements politiques antérieurs dans des partis politiques. Mais  que peut-on construire durablement sur de la déception?
- chez les animateurs et animatrices du collectif, nous incluant, nous les derniers membres du bureau que nous sommes : échec de l’objectif initial d’inclure ceux et celles dépourvu-es de pedigree politique. Nous n’avons pas réussi à permettre l’engagement égalitaire et le renouvellement des énergies.

Casa Nova ne travaillant plus depuis plusieurs semaines, ne suivant plus son chemin originel, et constatant ce que nous venons d’exposer, nous déclarons que:

- l’aventure se termine, l’association est dissoute ;
- pour mettre en valeur les points positifs énoncés plus haut, un travail de compilation des textes produits sera assuré et  le contenu en sera diffusé d’ici la fin de l’année 2017 ;
- les membres aujourd’hui actifs/actives de Casa Nova n’abandonnent pas leur engagement dans la vie de leur cité (la métropole toulousaine) et la question de « l’après Casa Nova » est en suspend.
Nous remercions avec émotion et sincérité ceux et celles qui nous ont lus, partagés, défendus et sommes fier-e-s de ce que nous avons produit : nous pensons avec humilité que nous étions dans la bonne direction.