deco digue

Les idées « déco» de Casa Nova.

Décorer  les digues de Garonne

Il y a un an en janvier 2015 en conclusion d’un article sur la ligne Garonne du tramway, Casa Nova déplorait que les travaux de renforcement des digues de Garonne aient servi de prétexte pour fermer la piste cyclable pendant plus d’un an, aggravant ainsi les cohabitations tram, vélos, voitures de la portion partagée de l’avenue de Muret.
Ces travaux sont maintenant terminés et la promenade cyclable et piétonne de haut de digue est restituée aux usagers.P1000396
Chacun-e découvre le nouvel aspect bien propret de la digue, avec une immense surface de béton clair de 800 m de long et 13 m de haut d’un seul tenant en parallèle à l’avenue de Muret.
digue Des linéaires plus réduits mais encore conséquents s’affichent de l’autre côté sous les immeubles qui ont supplanté l’ancienne rue de l’Eau, en parallèle à la rue de la Chaussée et au  Boulevard Maréchal Juin, de part et d’autre du pont St Michel.P1000393
Des surfaces encore vierges de graffitis du fait d’un accès boueux par les cheminements en pied de digue … mais qui ne durera pas avec les beaux jours qui sécheront les sols .
Et si aucune initiative n’est prise, c’est à dire si la puissance publique ne manifeste pas ou n’annonce pas une prise en compte (ou une mise à disposition organisée) de ces surfaces, fleuriront peu à peu des« décorations » qui si elles restent des initiatives personnelles et quelque soit le talent du graffeur n’auront pas l’ampleur nécessaire pour à la fois être à l’échelle du site et permettre de dégager les financements nécessaires à la création d’une œuvre monumentale.
Un premier graffiti, qui n’a d’autre intérêt que de montrer à tous les graffeurs ce qu’il ne faudrait pas faire, illustre notre propos:il a été commis ( puis nettoyé … ) en bord de Garonne sous le rond point qui fait la jonction de la rue de la Chaussée et le Bd. Maréchal Juin.P1000391 (2)
Alors Casa Nova pense que les pouvoirs publics devraient lancer consultations ou appels d’offre pour concevoir et réaliser un projet de traitement visuel et d’appropriation de ces digues qui ait l’ampleur et la qualité que mérite le lieu.
Cette consultation pourrait déboucher sur la sélection d’un-e artiste, ou d’un groupe qui propose et assure la réalisation d’un projet artistique de qualité qu’ils-elles auraient imaginé et qui aurait passé les obstacles des divers jury ou commissions d’appel d’offre imposés par les règles d’attribution des marchés publics.
Même traditionnelle dans sa forme et laborieuse dans sa réalisation, nous aurions déjà là une prise en compte du site et une réponse.
Mais Casa Nova a plus d’ambition pour ce site et pense à des actions artistiques moins figées, plus dynamiques, laissant de la spontanéité aux artistes.
Par exemple en observant la digue dont le béton est structuré de joints en creux et de grands à plat rectangulaires, on pourrait imaginer une expression artistique moins écrit à l’avance : une sorte de bande dessinée qui se déroulerait le long de la digue, avec une direction artistique qui assurerait la cohérence d’ensemble, mais laisserait une liberté d’expression et même de scénario à des artistes à qui seraient affectées une ou plusieurs vignettes qui se garniraient au fil des jours des semaines et des mois en racontant une histoire improvisée autour d’un thème ou totalement libre …et on pourrait même organiser une interactivité avec le public .
Cette histoire serait lisible depuis le pont St Michel et celui de Croix de Pierre,mais aussi et surtout depuis la berge d’en face, et ce serait l’occasion de restaurer le cheminement un peu confidentiel de bord de Garonne qui serpente entre la berge d’un côté et l’actuel Parc des expositions, le Rowing et l’Émulation Nautique de l’autre.
Dans le cadre du projet Garonne et de l’aménagement du site de l’île du Ramier dont nous entendons parler de temps en temps depuis une dizaine d’années, mais dont nous attendons toujours une concrétisation, cette prise en compte des digues de Garonne doit pouvoir trouver sa place, et sans nul doute bien d’autres idées germeront dans l’esprit des artistes …pour peu qu’ils-elles soient sollicité-es.
Un défi que Casa Nova lance aux pouvoirs publics : il n’est pas trop tard.