toulouse fraternelle

« Toulouse fraternelle », selon Jean Luc Moudenc

Ou comment bafouer l’art du Zen …

Pour la nouvelle année, Monsieur le Maire nous souhaite une « Toulouse fraternelle ».
Au détour d’une promenade le long de notre beau canal du Midi, nous avons pourtant constaté un aménagement, manifestement destiné à empêcher ceux qui n’ont pas de toit à choisir un pont comme maigre substitut.62537_466545630204488_5446713460678798305_n
La météo de décembre ayant décidé de donner une preuve du réchauffement climatique, Casa Nova se promenait à pied à travers le Jardin Compans, puis le long du canal du midi dans une de ses parties les plus urbaines : le boulevard Matabiau.
Le boulevard étant bardé de deux à trois voies de circulation, il fallait se réfugier dès que possible sur les étroits cheminements « doux » qui s’immiscent tant bien que mal entre berges abruptes et voies de circulation automobile.
Parfois, le cheminement « doux » s’interrompt au passage d’un pont, d’une passerelle ou lors d’un croisement, et le marcheur réalise son incongruité dans un univers motorisé : il fait l’expérience de la nudité du piéton ou du cycliste dans un espace « pétrolisé ».
Sous ces passerelles (celle-ci permet de passer du boulevard de l’Embouchure au boulevard de la Matabiau au niveau du quartier des Chalets), des aménagements sont réalisés afin d’éviter au promeneur de côtoyer de trop près les voitures : le cheminement passe sous le pont.
Hélas ce qui partait là d’une bonne intention s’entachait d’un lapsus constructif, aussi révélateur qu’un lapsus locutif dans un aimable discours.
Avec ses tas de cailloux soigneusement disposés et bétonnés de part et d’autre d’un cheminement goudronné, la Mairie de Toulouse ne se contente malheureusement pas d’insulter l’art du jardin Zen ; elle démontre aussi, à nouveau, sa volonté de « stériliser » l’espace public.P3
Car ce lapsus dévoile certes une volonté d’exclusion, mais aussi une inculture, un goût  lamentable, et une incapacité à mobiliser les compétences des agents de la métropole.
Volonté d’exclusion, car chacun sent bien qu’ici, à proximité des quartiers centraux de la Ville (en l’occurrence le huppé quartier des Chalets) le promeneur, bien que minoritaire, ne doit pas pour autant être inquiété par la présence de marginaux ou de sans abris. Le problème est ainsi résolu par un aménagement répulsif qui chasse ces derniers vers d’autres lieux « moins bien habités ».
Inculture et goût douteux, car au delà de l’aspect répulsif de l’aménagement (parfaitement réussi de ce point de vue) la réalisation n’en reste pas moins indigente avec un fond de toupie de béton grossier étalé sommairement et dans lequel ont été plantés  n’importe comment des gros cailloux pointus disgracieux, le tout en bordure du Canal du Midi, patrimoine mondial de l’UNESCO et site classé (pas sûr que l’on ait pensé à demander son avis à l’Architecte des Bâtiments de France). 
Certes, l’endroit n’est pas le plus bucolique de l’œuvre de Riquet, mais dans un site classé, les efforts d’aménagement devraient porter plus sur sa requalification que sur sa dégradation. Et à vouloir créer un endroit inhospitalier, une plantation de pyracanthas (de jolis arbustes buissonnants, mais qui piquent) eut aussi bien fait l’affaire, car pour aussi critiquable que soit un aménagement exclusif, on aurait au moins évité la provocation.
Tout cela a échappé au chef d’équipe des cantonniers du secteur à qui on a du passer la commande en urgence, mais peut on lui reprocher de ne pas savoir qu’un espace urbain, aussi ténu qu’il soit, se doit d’être composé ? Et qu’à défaut de l’être, cela saute aux yeux? Et bien là, paf, ça se voit !
 Casa Nova n’est pas exigeante au point de demander le lancement d’un marché de concepteurs ou d’un concours d’architecture pour aménager le dessous d’une passerelle, pas plus que qu’elle ne demande de consulter l’architecte-conseil de la ville sur tous les petits travaux qui se font chaque semaine.
Mais  la qualité d’un paysage urbain n’est pas faite que de la juxtapositions de grands, beaux et rares projets, elle est aussi autant et même bien plus dans la petite architecture ordinaire et les micro aménagements du quotidien : une clôture, une porte de garage, une reprise d’espace public, la requalification d’un bout d’espace vert, un ravalement de façade, etc…autant de petits lieux qui, aimablement composés, participent de la qualité de notre vie quotidienne. A contrario, ces « petits aménagements » peuvent renforcer ou créer un mal-être ambiant lorsqu’ils se limitent à un empilage rustique de fonctionnalités (Voir article sur la place Olivier).
Or, ce suivi du petit quotidien ne peut s’effectuer qu’en interne et visiblement Toulouse Métropole ne mobilise pas ses architectes ou ses paysagistes et les gaspille dans des tâches administratives, étalant ainsi l’inculture des édiles ou de leurs fonctionnaires qui font l’impasse sur la phase de conception en passant directement les commandes aux services chargés de la réalisation et de l’entretien.
On ne peut pas fustiger la fonction publique et en même temps en valoriser les vertus : on la ridiculise donc en l’utilisant à contre emploi pour justifier les privatisations à venir !
Mais les hasards de l’actualité sont sans pitié et un parallèle étonnant peut être fait avec la mise à la location de la salle des Illustres décidée au Conseil Municipal de décembre. Les plus riches pourront se payer les plafonds couverts de fresques de l’Hôtel de ville, pendant que les plus pauvres, ceux qui vivent dehors, ne pourront même plus jouir de l’abri relatif des dessous de ponts.
Car enfin, Messieurs et Mesdames les Maires qui arborent leur catholicisme et leur sens de la charité fraternelle dans le cadre de leur mandat politique et veulent cultiver le folklore de la crèche sur l’espace public, ce n’est pas dans les Mairies qu’il faut installer celle-ci pour être fidèle aux textes religieux, mais bien sous les ponts.C’est aussi sur ce point que se situe notre exigence.